Quel est ton pourcentage d’Amour EnCorps et quelle est la Constance de ce pourcentage ?

Unique - Stage à Beaucaire

Stage du 17 au 24 février à la Maison de la Conscience Cosmique
214 chemin de Roustan, 30300 Beaucaire, France
Pour réserver : miram@basta.international

Se prendre par la main, unifier toutes les dimensions de l’Être en Soi, pour que le temps se conjugue dans l’instant. Que ce que j’étais et ce que je serai, fusionne en une seule entité, moi hier, moi demain, au point zéro de l’actuel… 101 %.

Il n’y a pas de séparation dans la Réalité, tout est conjugué. C’est nous qui nous déplaçons entre deux instants et c’est ce déplacement, cette recherche de quelque chose d’extérieur à soi qui nous distrait et nous éloigne du point zéro, jonction ultime entre les deux extrêmes qui forment l’équilibre naturel des choses. Hier et demain, demain et hier sont les polarités qui fréquences l’Unité au cœur de l’Être qui EST.

Le Vouloir de l’Avoir oblitère la Plénitude d’Être.

Il n’y a pas d’Amour Encorps quand le mental impose à la matière des réflexes récurrents qui réduisent le corps/anima au rôle de pantin, de Pinocchio mentalisant qui se voit réagir sans ressources autres que de subir les pulsions du désir de paraître généré par l’égo-étiquette sociale engluée dans des conventions moralisatrices. Il n’y a pas d’Amour EnCorps parce qu’il est confiné dans la mémoire/référence sous l’étiquette « désirs » et cela monopolise l’ensemble des ressources pour alimenter la chimère « possession ». Posséder c’est s’ancrer dans un long cursus de manipulations. Manipulation de soi et manipulation de l’objet de son désir, manipulation des circonstances, manipulation sentimentales et déviance émotionnelles, tout un jeu de pouvoir entre parano et schizo, perte de rationalisation, déni d’objectivité et rejet de la logique ordrée de la Réalité. Tuer le réel, négliger les possibles, fuir les évidences, slalomer entre les frustrations et tourner le manège des illusions, tout ça au nom de L’AVOIR aux prétextes sécurisants qui servent qu’à reproduire les mêmes séquences depuis des points de vues variés donnant ainsi la sensation de mouvement au centre de l’inertie, par refus de maturation…

L’inertie c’est la reproduction permanente de ses zones de confort. Un con fort c’est comme un coffre fort ; ça met tout en œuvre pour conserver à tout prix l’usage des réflexes induits en s’imaginant être unique et original comme un mouton sourd et aveugle qui bêle à tout va en s’imaginant seul au sein du troupeau. Le code barre qui a été greffé dans l’ADN au moment de la fécondation reprogramme en permanence une dynamique réactive accordée aux besoins de survie, tant des individus que des systèmes. Il en va de la Responsabilité de chacun de provoquer une réécriture parallèle des Codes Universels qui ouvrent à la Conscience Individuelle.

NOW
J’ai scindé en deux le bloc/cerveau Inertie pour générer un canal de communication, nous émettons dès Main-Tenant entre les deux hémisphères (laxisme/ignorance – lâcheté/égotisme) de cette congestion. Nous provoquons ainsi une énergie qui diffracte les résistances et polarise les tensions nécessaires pour diluer les illusions qui alimentent l’espoir et la croyance.
La Vie vous a offert la Vie et son potentiel illimité de Bonheur, et par peur d’être, la majorité s’est laissé porté par les réflexes induits et socialisants implantés dans l’ADN de conception, préférant la lâcheté de la soumission à une affirmation déterminée des ressources de sa différence. Subir l’espace-temps et la sublimation des algorithmes réflexes du subconscient collectif, voilà le lot commun. Vous savez, le subconscient, cet immense bassin énergétique qui s’actualise en permanence et qui génère des symboles fédérateurs pour à la fois rassembler et diviser en mode clivage, faire en sorte que votre mésestime vous rende dépendant d’une quelconque forme et manifestation d’autorité dirigiste, a-nihiliste et esclavagisante.
Il n’y a plus de place pour les jérémiades et les atermoiements, la Vie impose, s’impose et s’interpose… marche ou crève… Le temps des émotions sentimentalisantes est révolu, place à la dédramatisation et à l’objectivation du réel pour entrer dans la Réalité de l’Instant du Mains-Tenants (celui qui a et/ou qui possède). Oser se regarder au-delà des apparences et des références pour Prendre cette place de l’Unique en Soi, de cette énergie-matière qui transite dans le corps et qui est malencontreusement squattée par le mental égotique qui lutte pour s’approprier ce qui n’est pas lui.

Marcher ça veut dire absorber le temps, absorber l’espace pour dépolariser par résorption les inductions subconscientes qui jugulent le potentiel d’affirmation autonome, qui limitent l’expression de ses acquis ensemencés dans le jardin de sa vie et accumulés au cours des voyages de la destinée. Marcher ça veut dire cesser de résister et entrer dans le « flow », dans la fluidité de la continuité. Marcher ça veut dire être là dans l’instant de l’Instant sans références pour nous détourner. Marcher ça veut dire s’ancrer EnCorps pour porter et sublimer avec un enthousiasme excessif la Vie, ce Don Essentiel de la Conscience.

Crever c’est se soustraire à sa responsabilité d’auto-reconnaissance de son Unicité, de sa différence complémentaire et solidaire. Crever c’est se chier dans le nombril à force de se tordre et de s’aplanventriser en concevant l’adversité, en se faisant ennemi des évidences, en niant les manipulations et les sournoiseries égotiques du futile inutile qui enferme dans des positions stériles et agressantes. Crever c’est refuser de s’extraire des conflits. Crever c’est compassionner à tout-va dans des manœuvres hypocrites, pour peaufiner une image de bien, qui camoufle la déchéance morale. Crever c’est courir dans tous les sens à la recherche du manque abyssal de la beauté des choses en Soi. Crever c’est donner aux illusions patentées une garantie de réalité. Crever c’est attraper des lucioles en s’imaginant conquérir les étoiles.

ALORS !?!
Ouvre une porte, n’importe laquelle et contemple ton vide existentiel pour oublier ce que tu sais, parce que le savoir c’est le lit douillet du passé et de l’arrogance. Puis ferme la porte et crie SOS COSMOS si tu veux réactualiser ton évolution, la transvaser de ton inconscient dans ton conscient. Crie SOS LA VIE pour absorber le choc du ré-éveil, et fait en sorte de te positionner avec l’humilité nécessaire pour entreprendre la quête de ton graal, pour libérer les entraves qui te gardent ancrées aux dépendances conditionnées qui servent de rempart à ton inertie. Crie BASTA pour libérer l’énergie déterminante nécessaire à toute transformation globale.

Et viens nous voir, soit dans ce prochain stage, soit sur notre site www.basta.international, soit en t’imprégnant des écrits mis à ta disposition, soit en venant passer quelques heures à la Maison de la Conscience Cosmique.

Ou restes chez toi, sors ta planche ou ton kite. Dis une petite prière et espères fortement que tu pourras surfer sur la vague de conscience qui va te tsunamiser au coin des probabilités inéluctables.

Fini les cautions et la procrastination, nous sommes tous concernés par l’actualisation de l’Évolution, les pendules sont à zéro, l’unité est doublée en polarisation ou en dualité… Marche ou crève c’est beau la VIE.

MIRAM a.d. master samouraï Ara Ki Rit

DERNIÈRES NEWS
0
Adhésion Unité MondialeLe mode question