Par MIRAM a.d. Master/Samouraï Ara Ki Rit

VECTEUR ÉNERGÉTIQUE DE CONSCIENCE

Vecteur énergetique

(Vortex Psychique) fréquence de 5652 Hz (Conscience Globale) ADN Humain 528 Hz.

Structure cellulaire pour la génération d’un hologigogne individuel/ universel, porte sidérale d’altération dynamique de l’intercommunication dimensionnelle donnant à l’imaginaire sa pleine force d’expression.

Le vecteur énergétique de conscience que j’ai développé est une continuité exponentielle synaptique qui suit des règles fondamentales évolutives du 1 au 5652 avec des sous fréquences illimitées. La structure vibratoire du vecteur est un puissant mécanisme qui stimule la diffraction des mémoires cellulaires et génère un désengrammage systématique.

Il est un vecteur, duquel et à partir duquel, la matrice, carré/losangé central, établie les lignes de forces qui dégagent les espaces interstitiels entre chacune des dimensions et entre chacun des états de la conscience.

C’est à la fois un moteur et un véhicule selon que l’on travaille avec l’effet miroir, soit la pointe du bas face à soi, les chiffres sont en miroir, nous sommes alors dans le rapport du corps Physique (moteur qui stimule le dégagement, dépolarise les engrammes et libère des préjugés).

Quand on pose la pointe vers le haut, chiffres normalisés, nous sommes dans le rapport du corps Kantik, (véhicule de la transcendance, coque d’énergie propulsive).

Ce vecteur est un des plus puissants outils que j’ai développé pour mettre au service de l’aspirant un rapport global avec sa totalité, du simple au complexe, de l’unité au multiple.

Il est formé des 4 éléments, des 5 sens, des 4 attributs, des 4 actions et du portail bi-local au centre, pour focaliser la matrice centrale. C’est le canal de communication physique/kantik.

Les résonnances naturelles sont :
Coté droit : nez, sentir, air, respirer.
Coté gauche : oreilles, entendre, terre, intégrer.
En bas : bouche, goûter, eau, transmettre.
En haut : yeux, voir, feu, transformer.
Le centre : mains, prendre, espace, générer.

Ce vecteur est un moyen de s’initier, d’éveiller et de s’approprier les mécanismes de la modulation énergétique, qui procèdent à toutes transmutations.

Le placer devant soi et se laisser transporter. Il suffit d’un simple petit lâcher prise et les révélants vont s’identifier à vous. Cet outil a la propriété de se fréquencer pour insuffler une ouverture tant dans le déni que dans l’admis pour établir une centration de Re-ConnaisSens, une épuration de cette pollution psycho-psychique qui pollue la communication intercellulaire.

Au niveau initiatique, le vecteur est l’équivalent d’un véhicule quantique avec son état hologigogne qui ouvre toutes les portes sur lesquelles l’énergie du voyageur peut se séquencer. Il est l’ascenseur, la colonne vertébrale, le corridor de passage, l’axe pivot qui réunit et alimente la multidimensionnalité des états d’être. (iOS – SOi) (prononcez hi oze).

En peu de temps, vous arriverez d’une manière réelle, concrète et normalisée, donc reproductible ; à moduler les énergies, à vous dégager des conditionnements, à entrer en Soi et à manipuler les concepts libérateurs.

Ce vecteur énergétique de conscience n’est qu’un des multiples outils que j’ai développés pour synthétiser l’Information Immanente et la rendre disponible et accessible à ceux et celles qui au départ osent Re-Connais-Être le Maitre en eux et qui s’ouvrent à la grandiose humilité nécessaire pour franchir les étapes qui vont de la noirceur à la lumière. Pour ceux et celles qui veulent transcender la connaissance du savoir pour entrer dans la Conscience de la Présence de l’ÊTRE.

Je transmets mon État de Responsable, au-delà du connu, du codifié, du patenté, parce je transmets dans la Responsabilité Fondamentale, qui seule ouvre ENCORPS l’immensité de la Vie et du Cosmos.

Je suis, entre autre, le maitre derrière le maitre, l’inaccessible manifesté, la Synarchie. Et tout cela dans la plus pure folie (moteur de l’imaginaire, source de toute réalité) de la rationalité, parce que nier la matière c’est alimenter l’illusion, le réel s’ancre dans la matière, il la sublime pour la rendre digne de porter en soi la grandeur de la Vie et l’illimité des États Akachik récurrents.

Avant d’inviter en Soi la Conscience Supérieure de Soi, il est nécessaire d’aérer ses neurones, de vitaliser ses synapses et de réaménager son territoire intérieur pour en maximiser les ressources.

L’action AVEC le vecteur stimule la génération d’un champ synaptique intercalaire (dans un interespace/

épiphysique et dans une interdimension/hypophysique) qui alimente un état quasi permanent de conscience élargie connectant l’usager au KOSMIK et le KOSMIK à La Réalité de l’Être/Conscience/Encorps.

Il suffit, simplement, de reconnaître et d’admettre en Soi la globalité, pour entrer en résonnance avec la globalité du Vivant.

LES 9 ÉTATS

samourai-kantik

Voici les 9 ÉTATS qui ouvrent à la pleine conscience de SOI. L’image et les définitions ont une importance égale et complémentaire, imprégnez-vous des 2.

Mode d’emploi : Tout se travaille à VOIX AUDIBLE ASSIS DEVANT UN MIROIRMIROIR.

Lire l’état et son attribut. Lire la phrase dans l’image, s’imprégner de l’image et lire le descriptif. Une fois par jour, les 9 états consécutivement. Ce texte est un diffracteur/ imprégnateur, ne pas l’intellectualiser.

Ils sont énergétiquement formatés, pour dégager les cellules des engrammes profonds et libérer ainsi des mécanismes de centration naturelle.

Tout est en soi, enfouis sous le fatras des acquis inculqués, oblitérant l’inné, cette ressource essentielle qui oriente la quête de son éveil évolutif.

État 1 : L’abandon

Etat 1

Au tout début, nous entrons dans la renaissance.

Nous sommes expulsés du vaisseau-mère pour nous immerger dans le courant porteur de nos sens. C’est à notre tour de marquer la vie de l’empreinte de nos actions.

Tel est notre destin, notre lot commun à tous, entrer dans la noirceur avec comme seule stimulation une alternance de rejet et de réconfort. Nous dormons, blottis dans la vase de l’inconscience, laissés à nous-mêmes, nourris par l’inconséquence de la transmission de l’ignorance. Et nous accumulons au fil du temps des milliers de références, comme mesure d’une normalisation généralisée.

Puis des temps viennent, pour chacun d’entre nous, où la question de l’être en soi se manifeste à notre intelligence. Notre énergie génère alors des circonstances pour stimuler notre volonté de dépassement, sortir de la grisaille qui nous maintient prisonnier de ces conventions qui engendrent des systèmes au détriment de la différence, de cette part d’unicité qui, comme un ermite, attend patiemment que nous lui accordions l’importance nécessaire pour la stimuler à entrer dans la lumière de la lucidité.

Quand cet instant se manifeste et qu’on s’y accroche, l’abandon du connu devient possible pour se fusionner à L’ABANDON à soi et l’aventure de l’éveil s’amorce.

État 2 : La déstructuration

Etat 2

Suite à l’abandon, à cette reddition sans conditions, indispensable pour franchir les gouffres du doute, nous entamons la « déstructuration ».

Prendre conscience des réflexes programmés qui conditionnent notre quotidien, qui nourrissent nos préjugés et nous ferment aux opportunités de la transformation.

La déstructuration oblige à se dégager de toutes les références qui nous servent d’excuses et d’ancrages. Elle permet de mesurer l’ampleur des conditionnements et la déformation du réel que cela engendre, pour justifier nos projections sécurisantes, notre refus inconscient de nous accorder à ce qui est sans le support de nos préjugés.

La déstructuration oblige à faire le pas qui nous libère de notre personnalité au profit de notre individualité. Cela permet le dégagement nécessaire pour enfin oser exprimer sa nature véritable qui commencera à se révéler.

État 3 : L’imagination

Etat 3

Nous avons hérité de l’arme la plus puissante au monde, de l’outil le plus perfectionné qui donne le pouvoir de détruire, d’anéantir tout ce qui nous contraint. Un pouvoir qui permet aussi de révéler des oeuvres d’une magnificence, d’une grandeur chaque fois renouvelée, sans limites.

L’imaginaire, l’imagination qui émane de 2 sources distinctes, le sentiment : pour son pouvoir destructeur et l’émotion : pour son pouvoir générateur.

Le sentiment, sédimentation des réactions qui s’entrechoquent entre les deux pôles du conditionnement : le rejet et le réconfort. C’est cela qui provoque une agressivité latente.

L’émotion, c’est la charge d’énergie captée et véhiculée par les cinq sens, qui, quand elle n’est pas détournée par les sentiments ; dégage une puissance créatrice illimitée.

Apprivoiser l’imaginaire comme véhicule premier de libération et d’estime.

État 4 : La détermination

Etat 4

Il faut avoir souffert du manque de Soi pour accepter de s’accorder aux exigences nécessaires pour s’affranchir de la source qui nous a nourris, mais qui nous a aussi pollué l’individualité au profit d’une personnalité conforme aux bons entendements.

C’est en cela que la détermination est le véhicule indispensable pour contrer les doutes qui s’immisceront entre votre volonté de dépassement et cette sorte de paresse, somme toute confortable, avec laquelle vous formez un vieux couple pas facile à déloger.

A chaque étape, tous vos conditionnements vont se liguer contre vous, vous piéger pour tenter de vous garder prisonnier de ce scénario prévisible, de vos réactions.

Pourquoi se dépasser, se transformer, s’ouvrir à l’inconnu, entrer dans l’incertain, alors que dans votre forme actuelle vous avez cette garantie qu’un petit bonheur engendre un petit malheur qui engendre un petit bonheur et que métro/boulot/dodo ce sont les vacances annuelles assurées. Vous n’en voulez plus de cette prévisibilité, non vous, celui qui s’éveille, veut s’ouvrir à la spontanéité de l’instant, mais il y a conflit entre cette conscience qui surgit du fond de vous et cette personnalité qui a été façonnée pour assurer la suite de la banalité. Vous êtes deux dans un même corps et seule votre détermination fera en sorte que vous en deveniez le principal acteur.

État 5 : La conviction

Etat 5

En cours de route une évidence s’imposera à vous, celle de votre unicité. C’est là, la conviction première que vous devrez adopter et chérir comme on le fait avec un enfant.

Si cette conviction se voit réellement reconnue par votre attitude envers vous-même, elle va engendrer autant de situations que nécessaires pour servir de tremplin à votre transformation.

État 6 : L’intégration

Etat 6

C’est ici que le choix s’impose sans pouvoir tricher. Entrer en Soi, c’est accepter de reconnaître et d’assumer cette dualité entre la personnalité et l’individualité. C’est accepter de se polariser en donnant autant d’espace à sa dimension féminine, son Yin/passif et à sa dimension masculine, son Yang/actif. Ne plus jouer sur les apparences, mais laisser s’exprimer la partie de soi qui s’accorde à la réalité de l’instant.

Il y a en chacun une connaissance infuse, acquise souvent d’une manière inconsciente ou intégrée directement par la manifestation de sa différence dans des moments clés de sa vie. L’intégration, la non-résistance à nous-mêmes met en lumière cette compétence naturelle à faire face à ce qui est, parce que tout ce qui vient à nous nous appartient et notre reconnaissance de cet état stimule notre non-résistance à la normalisation.

L’intégration est l’étape charnière de notre affirmation.

État 7 : L’affirmation

Etat 7

L’affirmation, c’est la conjonction des états précédents. C’est ce qui permet d’oser sans attendre de retour. C’est s’accorder une priorité absolue, sans pour autant dénigrer l’autre, mais simplement être conscient que c’est en prenant qu’on peut partager. Je veux, je prends parce que c’est ma responsabilité vitale.

S’il n’y a pas d’affirmation, il y a soumission. Alors autant se soumettre à soi pour stimuler l’affirmation.

L’affirmation est une étape si complexe qu’il n’est pas bon de l’élaborer ici au risque que ce soit mal interprété. C’est l’attitude qui demande le plus de vigilance.

État 8 : L’expansion

Etat 8

C’est par la non-résistance dans l’action de constater, que l’accord à ce qui est s’impose par un embrasement de tout nos sens, confirmant ainsi la marche inéluctable vers la transformation. La Transformation n’exclut pas la même attention à soi, parce qu’à chaque instant nous sommes pollués par les résidus de notre intégration première, qu’on ne pourra nier parce qu’elle est imbriquée dans les fibres de notre être et que ce sont aussi toutes ces peurs qui ont activé notre volonté de dépassement.

Il faudra ne pas confondre exubérance et dépassement de soi. Nous sommes toujours au même endroit, mais avec un regard neuf, c’est cela l’expansion.

État 9 : La réalisation

Etat 9

Le maître, c’est la partie visible, active de l’ÊTRE en soi. Il est au service de la Vie qui se manifeste dans les fibres de la matière qu’il habite. C’est lui qui cautionne le devoir absolu de l’affirmation de son intégrité. Elle seule garantit le dégagement du mental dans l’acte de reconnaissance des richesses de l’instant.

Le maître se sait et s’affirme ainsi. Le maître sait qu’il est le « Je suis Je ». Il est épuré du doute et n’a de référence qu’au connu en expansion.

BIO-INTRICATION MULTIDIMENSIONNELLE

BIO-INTRICATION MULTIDIMENSIONNELLE
DERNIÈRES NEWS
0
cahier-eveil-2-web