La sensibilité émotionnelle de l'humain...

Suicide & Solution

En 2017, plus de 60 policiers et gendarmes se sont suicidés, et en janvier 2018, il y a en a eu 6 et ça continue. Il y a en moyenne 800’000 personnes qui se suicident annuellement dans le monde et rien n’est fait pour enrayer ce malaise social qui est à la source de cette démission radicale de la Vie. En France cela représente 10’500 suicides et 200’000 tentatives chaque année.

Aucun gouvernant s’intéresse à développer des ressources efficaces pour libérer dans la personne le potentiel que les systèmes ont refoulés pour mieux exploiter l’homme, au service d’un idéal social de surexploitation et de surconsommation.

La très grande majorité des personnes qui se suicident le font parce qu’elles n’ont aucun exutoire pour canaliser et libérer leur hyper sensibilité. Parce qu’elle est là la cause première du suicide :

LA SENSIBILITÉ ÉMOTIONNELLE DE L’HUMAIN 

Partout s’activent des mouvements de protection des animaux, de dénonciation des conditions d’abattage en clamant la sensibilité émotionnelle des animaux d’élevage, ce qui est un fait…

Là où le bât blesse, c’est de presque ignorer le sort de la très grande majorité des personnes qui sont sacrifiées sur l’autel du profit à tout prix et de l’économie régressive imposée aux ressources humaines.

J’ai écrit aux autorités françaises pour proposer des solutions concrètes et efficaces. Des solutions basées sur le potentiel humain qui est atrophié par méconnaissance des mécanismes de la conscience de soi et alimenté par les millions d’engrammes générés par les systèmes de conditionnements familiaux, scolaires et religieux. L’humain est relégué au rang de « machines fonctionnelles ». Malgré les mises en garde qu’on retrouve dans « Le meilleur des mondes », dans « 1984/ big brother » et dans tant d’autres ouvrages d’anticipation et de prospectives, rien ne bouge. Et quand des percées voient le jour, l’État s’empresse de les colmater pour éviter de devoir s’adapter à une transformation radicale, nécessaire et essentielle pour la survie de l’humanité.

Quand je dis BASTA c’est pour sensibiliser chacun à sa compétence et à sa responsabilité de donner une direction nouvelle à la vie en société sur cette terre qui nous héberge. BASTA pour sortir de la caverne, s’actualiser à l’évolution des consciences, cesser de nier qu’une maturité a germé dans les cellules de l’être. Une maturité qui est difficilement reconnaissable, parce que les systèmes s’auto-protègent en maintenant le statu quo sur l’éducation, en gardant l’enfant prisonnier de son environnement. Ils alimentent le désir parce que c’est la cause universelle de la souffrance. Ils s’érigent en solutionneur paternaliste tout en sachant pertinemment qu’ils servent un vampire égocentrique dont le seul intérêt est de vous inciter à procréer pour avoir toujours de la chair fraîche pour alimenter sa boulimie insatiable. Derrière les titres ronflant des dirigeants, il n’y a pas d’hommes, ni de femmes, il y a des costumes et des images qui s’adaptent à chaque début de nouveau mandat de gouvernance, c’est ce qui se nomme la politique (poly et tique, ce qui veut dire avec de multiples visages pour une seule face).

Nous sommes tous égaux, résultat fusionnel entre un spermatozoïde et un ovule. L’arrivée dans ce monde est le plus puissant choc que la matière subit lors de l’expulsion (naissance). Cet instant qui devrait être magique est la source de tous les traumatismes qui vont conditionner chacun à des stimuli réactionnels engrammant.

Naitre c’est un rejet dès le départ, rejet du monde amniotique où l’enfant est protégé et nourri, prise en charge totale. Puis posé sur le ventre de la mère, il connait le réconfort. Cela ne dure pas, on le retire de la mère pour lui faire sa toilette, et c’est vu énergétiquement comme un abandon. Et au final, il vient prendre sa première tétée ou son premier biberon et c’est la satisfaction. La satisfaction, premier pas dans la dépendance et la soumission. Et les années passent et l’enfant se construit sur ces 4 engrammes universels une personnalité primaire faite d’imitations plus ou moins gratifiantes, reliquat de l’éducation de base engluée dans les sentiments de rejet-réconfort-abandon-satisfaction. Douche froide, douche chaude, prémisse du doute, de l’ambivalence qui vont progressivement réveiller un réflexe de protection dont la peur sera le plus important des freins.

Et entre la 7e et la 14e année, l’enfant est en permanence confronté à un déséquilibre hormonal et énergétique jusqu’à ce que l’ensemble de son réseau neuronal soit connecté à la complexité de ses centres nerveux. Et la plus forte perturbation se produit à la période de la puberté ou les dernières ramifications nerveuses atteignent leur pleine maturité. Ce sont celles du système de reproduction. De la base du coccyx jusqu’à la glande pinéale une intense activité sensitive ouvre la personne au monde pernicieux de l’émotion. C’est une grande période de confusion qui révèle l’être à son incompétence individuelle, il cherche des alliances, des références, quitte à s’oublier pour être intégré. Il a appris beaucoup du mode de fonctionnement des systèmes, familial, amical, scolaire et social mais sans les comprendre, ce qu’il connait est inférieur à son ignorance. Un besoin irrépressible d’appartenance le presse de se soumettre à des codes qui semblent rassurant et il se lie sans connaitre les tenants et les aboutissants à des groupes, des structures qui semblent pouvoir combler ses manques.

Et entre la 15e et la 21e année, il devient presque un étranger pour ceux qui l’ont vu grandir en lui imposant des modes réflexes de conformité pas nécessairement en adéquation avec son identité profonde. Toujours en manque, à la recherche de cette présence, de cette différence qu’il ressent et souvent qu’il imagine. Une présence comme un autre lui-même, une pulsion qui le stimule à chercher. Malheureusement cette recherche qui se vit à l’extérieur de lui-même, va le distraire de l’essentiel et augmenter son sentiment d’insécurité qu’il voudra cacher. Et c’est le début des réflexes de survie, hypocrisie et non-dits, manipulation émotionnelle et agressivité, contestation et vantardise.

Puis vers la 21e année c’est la totale prise en charge par le système citoyen… métro-boulot-dodo, grosse bière et bonne baise… recherche effrénée de satisfaction pour combler le manque de Soi. Et la vie vous prend en charge dans un jeu de circonstances, dont le but réel est de faire en sorte que chacun se rencontre dans un face à face avec lui-même, avec sa différence réelle, avec son individualité porteuse de sa propre universalité. Cette maturation à la durée de sa résistance à soi et à sa transformation, à sa volonté d’oser sa différence, son unicité et sa grandeur… La majorité n’y arrive pas… Ils reviendront peut-être. Et les autres, les plus sensibles, ils vivent des pressions intenses pour se libérer du carcan, de se désemmailloter de la chaine du bonheur artificiel qui leur sert de prison.

Et c’est là que beaucoup démissionnent dans un total rejet ou par mort prématurée (suicide) ou en se générant par trop grand refoulement des tensions si énormes que le corps n’arrive plus à gérer et que les maladies de type incurables sont libérées, prisent en sandwich entre angoisses et peurs… Et c’est l’agonie….

Mais ce n’est pas irrémédiable.

Et c’est ici que BASTA devient nécessaire. Nous développons depuis 1969 des outils qui contribuent efficacement à l’éveil. Des outils directs, efficaces à effets rapides et mesurables. Des outils/ressources que nous proposons et voulons faire adopter par les gouvernants pour briser ce réflexe d’indifférence face à la souffrance psycho-émotionnelle (Êtrique) que subissent, faute de ressources et de connaissance des mécanismes qui régissent les énergies de la matière, la grande majorité des personnes soumises à la pression de la performance.

Le système actuel est au bout du rouleau, l’incompétence des dirigeants est une tartuferie monumentale, c’est un affront à l’intelligence de la Vie et à l’évolution des consciences. Et ils s’accrochent en tuant la vie dans une totale indifférence. Ils sont les pantins du profit, les valets du veau d’or… Vous trouvez normal qu’un trader puisse gagner des dizaines de millions par année en manipulant vos économies, en virtualisant la réalité pour faire croire que tout va bien alors que techniquement tous les pays sont en faillites. Le sexe et l’argent du sexe, le pouvoir et l’argent du pouvoir.

Aucun sous-fifre des banquiers (les politiciens) ne lèvera les petits doigts pour vous soulager de la pression qu’ils vous imposent. C’est à vous, à chacun de nous, de lever haut la main, une main-tenant son destin. Une main responsable qui exige le respect des ressources humaines et matérielles.

Cessez de mourir, cessez d’enterrer ceux et celles que vous aimez et exigez que nous puissions vous apporter les réponses/outils qui mettront en relief votre potentiel endormi. Cela contribuera à ce que vous puissiez assumer vos responsabilités dans la quiétude.

Je ne propose pas de révolution, j’offre une Ré-Évolution à ceux et celles qui veulent entrer dans ce monde d’une humanité restaurée, un monde parallèle à cette humanité bafouée et surexploitée au sein des enclaves sociales et des ghettos de la ségrégation.

Osez le dire, exigez l’impossible, proclamer votre droit à la dignité. Nous sommes là avec vous, comme des Ambassadeurs de l’Humanité. Nous relayons la Conscience pour l’émergence de l’Origine.

Il est possible de transformer cet enfer en paradis dans lequel des êtres responsables rendent hommage à la Vie en se respectant eux-mêmes.

J’écrivais…

« On me demande qui je suis ! MIRAM tout simplement. La Conscience Intégrée, c’est pourtant évident.
Certains me disent parfois que je suis un délirant. Que je fictionnalise, que je rêve et pourtant…
Ceux qui viennent à MOI, en repartent grandi.
Je leur impose de Prendre ce que leur offre la Vie…
C’est en cela que je suis le Maitre/samouraï Ara Ki Rit, je répète à l’infini le plaisir salutaire d’aimer vivre sa vie en le proclamant avec l’énergie du Prana Ki. »

En conclusion, ce monde parallèle est en place, il est issu d’un état d’esprit nouveau, d’un imaginaire maitrisé par des algorithmes de manifestations. Des Unités Bio Énergétiques sont intégrées et actives sur le plan de l’énergie. D’autres sont en phases d’intégrations, ce sont des Samouraïs Kantik, des pourfendeurs d’inertie, des protecteurs d’Intégrité Humaine.

Oui c’est « fictionnalisant » se diront une grande majorité et c’est normal, la peur de la transformation stimule le rejet de la différence. Peu importe ce que mon (notre) attitude peut alimenter comme préjugés et rejets, cela ne modifie en rien ma (notre) réalité, puisque nous l’assumons au quotidien avec notre refrain commun :

« Je me fous la paix, je suis heureux et BASTA. »

Il vous intéresse le Bonheur ?! Vous êtes un groupe, un club, une association, vous êtes membres d’un syndicat, d’une confrérie, d’une communauté ; parlez-en… En 2 jours nous pouvons générer une puissante dynamique, une sorte de tsunami qui va balayer vos doutes sur votre compétence à l’autonomie et au plaisir d’être vivant, comme un révélateur de votre différence et de votre unicité complémentaire.

Pour conclure je reprends mon propos du début, avec cette hécatombe dans le domaine de la fonction publique, en particulier chez les policiers. Exigez de votre direction et de vos syndicats qu’ils fassent recours à nos services. Ils ont peu à perdre et vous, vous avez tout à gagner puisqu’en seulement 2 jours d’un stage initiatique, chaque participant aura éveillé en lui des ressources dormantes qui vont contribuer à une estime réelle de sa personne et à une reconnaissance d’un potentiel nouveau qui vont transformer ses doutes en conviction.

Un programme spécial « moniteur/initiateur » est disponible pour activer le travail de diffusion et d’apaisement.

Tout ce qui est proposé est directement mesurable et applicable au quotidien.

C’est à vous d’assumer le choix de vous et d’exiger de véritables solutions pour enrayer ce raz-de-marée du mal-à-vivre institutionnalisé.

MIRAM a.d.

info@basta.international

DERNIÈRES NEWS
0
Le dieu argent