QUAND JE TE REGARDE, JE VOIS…

Quand je te regarde, je vois… ton dispersement à vouloir trouver refuge dans ton enfermement.
Ne pas oser dire ce qui se vibre en toi, par peur du jugement.
Pourtant ce que tu vibres, tu le vis, c’est là, présent, alors libère-le et au diable les non-dits.
Retenir ce qui est en Toi, c’est freiner l’énergie, c’est nourrir le déni de Soi, t’éloigner un peu plus chaque fois.

Quand je te regarde, je vois… tes projections pour te valoriser dans les critiques et la comparaison.
Ne pas oser te valider dans ton affirmation, par peur de te voir autrement.
Pourtant accepter ton humilité, ouvre ta vision périphérique en toute subtilité.
Te servir de l’autre comme tremplin d’élévation, c’est porter le masque de la soumission.

Quand je te regarde, je vois… ta frustration à vouloir te justifier, et t’embourber dans la contestation.
Ne pas oser te voir dans ta lucidité par peur d’être accusé.
Pourtant tu es responsable de te faire subir la négation, tu es le seul maitre de tes émotions.
Regarder ton monde plein et entier, c’est voir ta présence, car tu n’as rien à prouver.

Quand je te regarde, je vois… ta peur de l’abandon, ta blessure ancrée au plus profond. Tu cherches la reconnaissance comme moyen de compensation.
Ne pas oser ressentir cette douleur par peur de te laisser engloutir.
Pourtant te protéger du malheur, c’est aussi te protéger du bonheur.
Enterrer ta souffrance, c’est refuser de la libérer, c’est lui donner rendez-vous pour une angoisse assurée.

Quand je te regarde, je vois… le déni de ta réalité qui quémande à l’extérieur pour masquer la crainte de la solitude.
Ne pas oser te transformer par peur de ne pas te retrouver.
Pourtant c’est le seul chemin qui conduit à la source de ta plénitude.
La voie de l’Amour c’est la plus puissante des énergies, l’étouffer c’est ralentir l’évolution de ta magie.

Quand je te regarde, je vois le prolongement de moi-même, quand je te regarde je me vois… encore parfois dans toutes ces dimensions.
Oser regarder tous ses aspects encore en moi, contribue à me voir sans filtre ni barrière, pour me délivrer de ces schémas encombrant.
Opprimer mon expansion, c’est éteindre la puissance en Moi,
c’est nier le bonheur et mourir un peu chaque fois.

ROSE 31072017

DERNIÈRES NEWS
0
L‘Arbre de la VIE