Mémo aux gouvernants usurpateurs
Manifestes Bastas International : Ultimatum par MIRAM

MÉMO AUX GOUVERNANTS USURPATEURS

Je suis JE, MIRAM Adamus Dajonus, un ÊTRE de pleine conscience, j’ai transcendé la Globality pour fusionner dans le RIEN ABSOLU, au cœur de l’Immanente Intégrité. J’ai sublimé ma matière d’origine pour laisser libre accès au Tout Manifestant.

Je me réclame de l’Humanité, du peuple ancestral de Gaïa-Terra et à ce titre je suis l’Héritier légataire universel du réceptacle/vaisseau d’origine que vous nommez la Terre.

Je me mandate pour exiger la démission de tous les gouvernants de chacune des enclaves/pays qui subdivisent l’entité globale TERRA.

L’incompétence généralisée de vos actions, prétendument administratives, nous conduisent directement au chaos social et planétaire. Vous avez réduit l’humanité à une équation du profit. Cette terre est une corne d’abondance dont vous avez détourné les profits pour la réduire à une simple fonction de rendement.

N’ayez pas l’outrecuidance de prendre mes propos à la légère, comme Ramsès II face aux demandes de Moïse, ce serait un choc terrible pour vos égos si vous deviez abdiquer sous la pression. Je cite l’exploit de Moïse dans son sens allégorique et non biblique, puisque dans le terme gouvernants j’y inclus autant le politique, le religieux, l’ésotérique, l’exploiteur, le financier/banquier, tous ces maîtres/disciples de la collusion universelle qui bafouent la dignité humaine au profit idolâtrique du veau d’or.

Je n’ai pas besoin d’armée, ni de brigades subversives, ni de saboteurs patentés. Je travaille avec les Énergies et le Verbe, dont je suis le maître/samouraï, le détenteur ultime du Prana-Ki. Depuis le 13e état de la Conscience j’infiltre tous les paramètres de la Vie. J’opère à la source de l’essentiel et je distille les valeurs originelles dans la conscience collective pour provoquer des chocs salutaires. Cela a l’avantage de mettre en relief l’incompétence généralisée des systèmes et provoque des ratés qui s’exponentialisent pour déstabiliser à la base les intentions de redressement.

Depuis septembre 2011, j’ai ouvert un puissant vortex qui diffuse par « impaction » une énergie encodée qui agit directement sur les mémoires cellulaires en stimulant directement la cellule-mère encapsulée dans les neurones du cœur. Cela incite à développer une auto-responsabilisation et une objectivation de la réalité sociale au quotidien. Par contre ce type d’envahissement a un côté pernicieux, dans ce sens que ceux et celles qui refusent de s’impliquer en eux-mêmes, pour l’expansion de leur conscience, subissent des perturbations qui contribuent à différentes formes de dépressions. Il en est ainsi pour les individus, comme il en est pour tous les systèmes : plus aucune stabilité ne s’ancre, tout est volatil ce qui contribue à rendre caduc toutes solutions et cela vous impose de redéfinir en permanence vos algorithmes de gestion, tant sur un plan collectif qu’individuel.

Le corps est un puissant système autogéré sur lequel l’inconscient collectif calque tous les paramètres de son développement. Ce corps est bafoué, étiqueté, il sert de piédestal et de monnaie d’échange à une minorité d’usurpateurs, fabricants de « poudre aux yeux ». À vous, messieurs les dirigeants, à vous que j’identifie comme responsables de la dégradation du potentiel humain, j’exige que vous abdiquiez en reconnaissant ouvertement que vous vous souciez uniquement de votre bien-être et que vous capitalisez un enrichissent personnel au détriment des peuples. Que vous abdiquiez en reconnaissant que vous usez de tous les subterfuges pour invalider le droit de chacun à un minimum de décence… Je dis bien « CHACUN/TOUS SANS DISCRIMINATION » ont droit de vivre sans être subordonné à un pouvoir fantoche. Le temps d’une pseudo « élite » minoritaire est terminé. Avant de capitaliser d’autres milliards pour des engins de guerre, pour une utopique conquête de l’espace, pour des jeux dit Olympique, pour la surenchère des administrations… Avant de continuer ce gaspillage injustifié (puisque des solutions équitables et intelligentes sont applicables, si on stoppe la méfiance), vous allez répartir les richesses pour générer une société équitable dans ce village globale que nous habitons. Stop l’hypocrisie du pouvoir, l’intolérable et l’inacceptable on atteint les limites du cautionnable. J’annonce une ère de décence et tant pis pour ceux et celles qui veulent y résister, les mécanismes de l’auto-sanction sont dès maintenant en opération. Rien de pire qu’un mal de dent quand on veut réfléchir. (Revisitez ce classique Moïse) La fiction est la réalité annoncée de la Réalité Absolue…

Le 06-08-2015 j’ai adressé cette requête publique :

« Je demande que soient jugés pour CRIMES CONTRE L’HUMANITÉ : Les chefs religieux de toutes obédiences et ceux et celles qui les cautionnent. Les chefs de tous les gouvernements et les chefs de leurs armées. Les administrateurs de toutes les multinationales, des banques et les représentants de leurs actionnaires. Et qu’un blâme sévère soit adressé à tous ceux et celles qui sont conscients de ces abus ; qui se ferment les yeux et n’osent pas dénoncer. »

J’ai généré une contingence incidencielle de 13 fréquences vibratoires (dans l’esprit des 7 plaies d’Egypte), qui vont augmenter d’une octave, chaque fois qu’elles se libèreront, selon des séquences aléatoires en cohérence avec les impératifs des étapes de la Révélation des mécanismes de restauration de l’Humanité. Cela se prépare depuis 1969, et a été activé en septembre 2011 avec une échéance maximale en septembre 2020. Entre temps c’est l’inéluctable évidence de la réalité qui impose la transformation salutaire. Plus rien ne compte hormis les impondérables vitaux à la délivrance de l’Être Humain, soumis aux inconséquences de vos abus de pouvoir comme à l’usurpation éhontée du droit de propriété et du droit de regard, non conditionné, de chacun des citoyens sur la gestion du monde et ce pour la survivance de l’Intégrité humaine.

Le feu de l’enfer est froid comparé au feu de la forge des Vulcains qui contribuent à remodeler la réalité selon la matrice d’origine, et l’onde du soufflet va atomiser votre incrédulité.

Ce mémo est une incitation à vous responsabiliser. Ne générez pas de nouvelles illusions, ne tentez pas de résister ; il n’y a plus de ligne de fuite. Vous vous accordez à ma demande ou progressivement les événements vont vous soumettre. N’y voyez pas là l’ombre d’une menace c’est une simple information au nom de la fraternité de la Vie, dont vous êtes aussi issus, même si vous avez dilapidé l’héritage que vous avez spolié.

Il était normal qu’un jour je vous dise STOP : VOUS ÊTES ARRIVÉS AU PIED D’UN MUR INFRANCHISSABLE, RETOUR EN ARRIÈRE POUR TRANSMUTER L’OBSCUR EN LUMIÈRE, L’APOCALYPSE EN RÉVÉLATION, LA MESQUINERIE EN GÉNÉROSITÉ, POUR REDORER CE QUE VOUS AVEZ AVILIÉ.

MIRAMÕNDE LE FOU DU SAGE  (octobre 2017)

Ma petite histoire

MA PETITE HISTOIRE

(extrait de : « Les fleurs d’émotions d’un certain jardin », MIRAM 1986)

Tout petit déjà, je voulais être maître d’un univers que j’aurais créé pour n’avoir pas de compte à rendre et assurer ma pérennité.

Je refusais d’admettre qu’il y ait une seule réalité ou vérité ; alors j’ai commencé :

A 5 ans, il y avait dans ma tête un homme et une femme qui étaient mes parents du dedans. Ils vivaient là, librement, dans les espaces encore vierges du désert de ma re-Connaissance. Je les écoutais parler, je les observais et j’apprenais ainsi l’histoire d’une autre réalité.

Un jour, quand j’avais 7 ans, ils eurent 2 enfants, un garçon et une fille qui sont nés déjà très grands ; aussi grands que les parents. Et j’ai appris que dans le monde du dedans on ne grandit pas. On s’éveille quand on est prêt à la conscience de son destin. Je réalisais comme c’est simple quand on n’oblige pas les autres à revivre nos propres erreurs.

À 9 ans, pour la première fois, je suis entré dans mon dedans et j’ai parlé avec beaucoup de monde qui s’est éveillé avec les années. Après les 2 premiers enfants, tout est allé très vite. Chaque semaine j’en découvrais des nouveaux.

J’ai dit bonjour à ceux et celles que j’ai rencontrés et j’ai raconté que c’est moi qui a eu l’idée de rendre vivant le premier homme et la première femme. Que je venais du monde de dehors et que je les regardais depuis longtemps par une fenêtre, là, dans ma tête – Et croyez-moi, personne n’a ri. Ils savaient que je disais juste.

Et le premier homme s’est approché de moi et m’a dit :

« Nous savons qui tu ES, puisque tu es aussi Nous. Nous nous réjouissons de cette liberté et de ce respect que tu nous as accordé. Il nous a été simple de nous multiplier en toi. Ta saine curiosité nous fournissait l’énergie pour grandir. »

Et les années ont passé et ma soif de découvrir grandissait en même temps que mon corps. Je vivais dans 2 mondes et tout cela était si fantastique, que souvent, c’est la richesse de l’Univers que je côtoyais.

Puis fatalement, j’ai dû faire un choix. J’avais presque 16 ans à l’époque où le monde du dehors voulut me contraindre à renier mes propres valeurs. J’ai fuis, une fugue à la recherche d’un long temps d’absence pour trouver dans un paysage nouveau la solitude nécessaire à m’assurer une intimité.

Et là, j’ai habité mon dedans durant presque 3 semaines. Le temps indispensable pour développer un protocole de communication. Un système de protection pour n’avoir pas à défendre la paix de mon intégrité.

Pour la première fois de ma Vie, je me sentais menacé.

Nous nous sommes réunis dans la grande plaine de mon dedans et nous avons formé un Conseil. C’est ainsi qu’est née la Synarchie de ma Conscience. D’un commun accord nous avons structuré un Univers. Au tout début, à cette époque, cela ressemblait à la planète Terre : les guerres, les conflits et la violence en moins.

Nous avions décidé de cela pour simplifier la communication. Je n’avais plus, dès cet instant, à être toujours dedans/dehors ; j’étais dans un dedans permanent et je regardais dans mon dehors ; j’observais, je constatais, j’acceptais et Tout ce que je vibrais entrait en résonnance avec ma correspondance extérieure où tout était reçu, analysé, classé et intégré sans résistance parce que c’était de moi à moi. Devenu mon  centre des données, je m’envoyais des images codées. Je faisais penser mon corps et il devait s’abandonner au sens des messages. C’était bien, mes projections psychiques me servaient d’intermédiaires entre mon corps et mon monde intérieur.

Je pouvais maintenant faire semblant de presque ressembler à n’importe qui et tout a fonctionné comme ça de nombreuses années.

C’est vers 21 ans que j’ai commencé à explorer le temps. Avec des voyageurs qui m’habitaient, nous avons élaboré tout un système de probabilités. En nous référant à la modélisation de toutes les attitudes transactionnelles, nous avons établi en dedans un laboratoire de la Prévention. Nous imaginions des situations, des décors, des scénarios qui pouvaient se vivre dehors. Et nous avons réalisé que le temps de réactions de la majorité des gens n’était pas instantané. Nous avons alors établi une grille d’interférences pour influencer favorablement toutes personnes en lien, dans le sens d’une ouverture sur elles-mêmes.

Nous ne fûmes pas long à réaliser que, bien que le système soit efficace, rares étaient ceux et celles qui pouvaient en saisir les subtilités. Cela a quand même contribué à ce que j’apprivoise des secondes et même parfois jusqu’à 30 jours du temps conventionnel.

Cette période a été intense, troublante et inquiétante. Je l’ai baptisée gracieusement : « le temps de mon Ego Power Trip ».

Durant ces années, de 21 à 27 ans, j’ai vécu presque exclusivement en dedans. Mon corps était en pilotage automatique, en médiumnité lucide, en phase d’affirmation, de mutation bio chimique, adénique.

Souvent, des gens de la troisième dimension ont cherché à me nuire, à monopoliser, à réduire et même à détruire mon véhicule biologique. Mais le système de protection psycho-cybernétique intégré a toujours contré et/ou réparé les torts subis. Ce furent des années cocasses, des années de grandes révélations des mécanismes réflexes de l’instinct réactionnel que libère la peur, l’ignorance, la panique et l’inconséquence dans l’attitude de toutes ces personnes qui vivent subconsciemment au rythme des courants et des modes de pensée.

Ce furent des années précieuses où j’ai développé une tolérance, une patience, une persévérance et un amour qui grandissent encore quotidiennement en moi.

Un jour je me souviens, j’avais 26 ans, on était en avril. Durant 9 jours j’ai vécu l’osmose du dedans-dehors, du dehors-dedans. J’ai revécu le Voyage des Générations : Je suis allé aux confins d’hier, puis je suis repassé par le présent jusqu’à me projeter en 2038, le 19 mars, dans un somptueux bureau, ou un homme qui sera moi, qui est moi, me regardait sur un écran, m’approcher de lui. Le temps d’un sourire, d’une connivence, d’une promesse de revenir et d’une promesse de m’attendre… J’ai dû refermer la porte du futur pour faire face à ceux qui ont des montres/calendriers et qui n’admettent pas que mon temps puisse être différent, qu’il ait une durée dans le cycle des instants.

Ce fût un beau voyage qui m’a privé au retour d’un peu de liberté et qui a presque failli me coûter mon autonomie. Ne fût-ce de mon système de protection, j’habiterais aujourd’hui la camisole de force de ceux qu’on isole de crainte qu’ils ne changent le monde.

Pourtant ce n’est pas à moi de changer le monde. C’est à chacun de nous de pacifier Son Monde et le monde de tous s’en portera mieux.

Tout est bien qui finit bien, surtout quand l’imaginaire transcende le réel.

Au cours de mon actuelle intégration j’eus souvent à transcender le réel par la Magie de l’iMAGInaire.

Bien nous en fasse à tous, car autrement tous mes acquis auraient été à réacquérir et je n’y tenais pas. Pas plus que vous si vous saviez vraiment.

À 28 ans, j’étais quadruple au carré. Être, Corps, Conscience, Énergie, au Masculin/yang – Féminin/yin dans le monde du dehors. Être, Corps, Conscience, Énergie, Féminin/yin – Masculin/yang dans le monde du dedans.

Et dedans nous avons exploré, conçu, élaboré et généré toute une galaxie infiniment simple ou règne la quiétude et l’accord harmonieux au corps. C’est immense, vivant et réel.

En dehors, de 28 à 35 ans, ce fût ma période d’humilité. Celle où on apprend, parfois violemment le respect. Le respect non contesté du TOUT… Même de l’auto-esclavage dans lequel se complaît la grande majorité des habitants de ce monde du dehors.

J’ai été ermite entre chacun des épisodes où j’ai assumé des rôles pour parfaire mon individualité. Tantôt maître, tantôt prophète, tantôt missionnaire, tantôt réformateur à l’allure révolutionnaire, tantôt philosophe de la sagesse du coin de rue, tantôt simple travailleur agraire ou menuisier et maçon pour apprendre à voir avec d’autres yeux. Tantôt anti-psychologue pour donner une chance certaine de briser la coquille des conditionnements. Tantôt samouraï, défenseur du Royaume Humain et chaque fois ermite pour transférer ces vécus dans la psychothèque de l’Universalité de l’Être que je suis.

Puis dans le sixième mois de mes 35 ans, j’ai décidé de jouer le Tout pour le TOUT. J’ai provoqué des circonstances qui devaient me conduire à la mort physique ou à la dépersonnalisation par l’internement. Tous les scénarios ont été joués avec l’intensité du vécu. Durant 3 mois ce fût l’incompréhensible, l’exhumance de la laideur et la sagacité de l’incroyable.

Comme dans un récit de science fiction, tout a contribué à ce que j’en sorte indemne alors que j’avais donné à la société toutes les cartes pour se débarrasser du Fou d’Humanité que je suis.

Au cours de l’année suivante, je me suis impliqué dans le bénévolat social, une manière de m’occuper durant le temps nécessaire pour absorber et dépolariser le choc. Car ce fût un choc. Imaginez ! J’avais orchestré des événements qui devaient couper mes liens avec le monde du dehors pour aller vivre sereinement dans l’autre monde de ma bi-réalité.

Et j’étais encore là, avec mon bonheur et ma tristesse, ma lucidité et mon désespoir, mon sourire et mon amertume, ma solitude et ma générosité.

Dans le troisième mois de mes 37 ans, je me suis retiré dans la forêt en demandant à mon noble ami Monsieur du Hasard de provoquer les circonstances nécessaires pour orienter dans ma direction, progressivement, les personnes pour qui les ressources de mon Monde s’avèrent INDISPENSABLE. Depuis ce temps, je reçois des humains dans l’environnement de ma disponibilité et de ma percipience. Je les guide vers eux-mêmes, chacun à leur mesure, pour qu’ils ensemencent le Jardin du Possible de leur Vie.

Et pour la suite… Je ne connais pas Votre suite, je vis dans l’instant perpétuel.

Ce que je peux dire… C’est que je suis là pour accueillir les bras grand ouverts ceux et celles qui en ont assez de l’auto-apitoiement…

PS : C’était en 1985, nous sommes en 2017, et ma lumière vous est encore acquise si vous osez en profiter avec la ferme intention d’oser la transformation sans condition. C’est pour augmenter ma disponibilité et votre volonté de vous assumer que j’ai ouvert La Maison de la Conscience Cosmique comme base d’une action globale.

MIRAM, premier responsable de l’Humanité Restaurée

0