TransmiSons 9

LE CŒUR OU LA RAISON

Refrain
Tu sais un jour viendra, tu n’auras pas le choix,
Tu devras abdiquer, devant l’Amour de Soi.
La puissance du verbe, nettoie tes formes pensées,
Tes résistances sont vaines, tu vas te transformer.

C’est l’heure du nettoyage, de toutes tes illusions,
Tes petites manies, sont en cours d’rémission.
A l’échelle du cosmos, t’es méga bombardé,
Tes cellules s’actualisent, à la vitesse grand V,
Et ton mental résiste, t’as le coeur qui palpite,
Dualité EnCorps, la raison va très vite.
Peur et contestation, le « mentaleux » s’affole,
Aveuglé par les doutes, il a peur qu’ON* le viole.

Qui est ON d’après-toi ?* Dans l’miroir ça fait NO,
C’est le NON protecteur, du mental parano.
Tu te fermes, tu résistes, tu veux avoir raison,
Ça démontre que tu vis, EnTête dans ta prison.
Tout forme de défense, génère une contre-attaque,
Tu te dis agressé, c’est facile tu te braques.
Pour te voir responsable, ça demande de t’ouvrir,
Dire bonjour à ton cœur, l’antidote pour guérir.

« Guérir merci ça va », c’est ça que tu réponds,
« J’vais très bien dans ma tête », oui c’est sûr t’as raison.
C’est ton corps qui en a marre, de subir tes affronts,
Continue tu vas voir, la Vie va t’faire faux bond.
Tu te dis qu’je délire, que j’me prends pour l’messie,
Prend le temps d’regarder, où t’en es dans ta vie.
Tu t’acharnes dans ta tête, aucune place pour ton corps,
C’est lui qui te fait rire, pourtant toi tu l’ignores ?!

Clic clac cloc, clic clac cloc, tu tournes et tu retournes,
Clic clac cloc, clic clac cloc, la Vie n’offre pas d’r’ristourne.
Clic clac cloc, clic clac cloc, tu t’racontes des histoires,
Clic clac cloc, clic clac cloc, la Vie te dit bonsoir.
Un jour viendra la mort, celle de tes p’tites manies,
Et là tu sauras vivre, où tu seras parti.
Ouvre ton cœur et assume : « J’AIME ÇA VIVRE MA VIE »,
Ou continue de croire, que ton mental suffit.

Le jour où tu voudras, réellement t’libérer,
Tu viendras t’confronter, à ta réalité.
Attends pas trop longtemps, si tu restes dans le temps,
Tu vas être submergé, par le malaise ambiant.
C’est ton corps le captant, il vit l’Information,
Si tu es connecté, tu vis sans prétention.
Tu assumes l’évidence, que t’imposent les sens,
Dans le plaisir ultime, d’être sur ta fréquence.

Refrain final
Tu sais un jour viendra, tu n’auras pas le choix,
Tu devras abdiquer, devant l’Amour de Soi.
La puissance de ton verbe, est ton révélateur,
Tu lui ouvres la porte, tu vis à la bonne heure.
Le Bonheur d’être toi, de prendre plaisir à Dire,
Sans chercher à paraître, rien que vibrer plaisirs,
Être Présence EnCorps, et aimer vivre ta Vie,
Conscient de rayonner, l’Amour que tu nourris.

DAVID

DERNIÈRES NEWS
0
Basta International Production